Samuel Eto’o Fils entre GUINNESS et SABC?

Samuel Eto’o Fils la star (déchue?) du football camerounais continue de faire parler de lui hors des stades. Son nom se retrouve lié à deux concurrents du marché de l’industrie brassicole: Guinness S.A. et Les Brasseries du Cameroun.

La star est l’égérie de la campagne « Greatness » de la GUINNESS mais se retrouve peu de temps plus tard en premier plan sur les affiches et les spots publicitaires de leur principal concurrent les Brasseries du Cameroun.

Qu’en est-il réellement? Les avis de Jean Paul Tchomdou, président de l’ACPR (Association Camerounaise pour la Publicité Responsable) et du magazine COM.NEWS spécialisé dans la communication.

L’autre scandale « publicitaire » Samuel ETO’O par Jean Paul Tchomdou, président de l’ACPR

Je n’ai pas fini de comprendre l’association Samuel ETO’O-GUINNESS (la bière) que voilà le capitaine des Lions Indomptables en plein campagne publicitaire avec …le concurrent de GUINNESS. Incroyable, du jamais vu comme dirait le Turbo d’Afrique. Une vedette, deux campagnes de pub en cours chez deux concurrents. Cherchez où se trouve l’erreur ?

J’ai beau fouiller dans l’histoire de la publicité au Cameroun, et même au-delà, je n’ai trouvé nulle trace d’une pareille situation. Je me demande encore ce qui a bien pu convaincre la SABC à lancer une pub avec ETO’O Fils en avant, au moment où ce dernier est en campagne avec le concurrent ! Ayant posé la question à plusieurs confrères, je les ai entendus me répondre « il ne s’agit pas d’une campagne avec Samuel ETO’O, mais d’une campagne avec les lions indomptables ». Mon œil ! Ils me prennent pour le dernier de la classe, oui ! Si on suit leur logique, les Lions indomptables se résument à Samuel ETO’O. Trop peu pour moi. Les lions indomptables, c’est une équipe de 23 joueurs, plus les encadreurs. Comment les Brasseries du Cameroun ont pu se laisser convaincre de la nécessité d’utiliser Samuel Eto’o ? Si par hasard le contrat d’ETO’O avec GUINNESS n’était pas exclusif, une entreprise qui se respecte et qui respecte ses clients ne peut pas utiliser le même « spokes person » que son concurrent. D’après nos informations, chaque Top sponsor de notre équipe nationale de football fanion aurait le choix d’utiliser dans ses publicités entre 3 et 6 joueurs. A partir du moment où GUINNESS était en campagne avec ETO’O, il restait aux Brasseries du Cameroun, la possibilité d’utiliser d’autres joueurs, en tout cas pas Samuel ETO’O. Et la FECAFOOT sachant qu’ETO’O était en contrat avec GUINNESS, devait prendre toutes les dispositions avec son TOP SPONSOR-SABC pour que le capitaine des Lions Indomptables ne se retrouve pas aux avant-postes de cette campagne. Mais que voit-on ? Que ce soit dans le spot TV ou sur les panneaux 4X3 de cette nouvelle publicité, c’est bien Samuel ETO’O et non les Lions qui est mis en avant. Au-delà de la responsabilité de l’entreprise, il ya celle d’un homme, Samuel ETO’O, qui a accepté de figurer dans ces deux publicités. Encore lui ! Je vois d’ici ses si nombreux supporters crier à la persécution ou au lynchage médiatique. Heureusement que nous sommes après l’élimination catastrophique des Lions en Afrique du Sud, car comme on peut le lire dans un article publié sur 237online.com du mercredi 30 juin 2010 à 07:34, « avant la débâcle des Lions indomptables en Afrique du Sud, il était devenu presqu’impossible d’adresser une critique constructive à l’endroit de Samuel Etoo sans être traité soit d’aigri, de jaloux ou se voir accusé de créer la polémique là où elle n’existe pas afin de déstabiliser les Lions Indomptables …»

Je ne fréquente pas le « pichichi » pour savoir s’il est (bien) conseillé ou pas. Quand on gagne 10 millions d’€uros par an, on doit être bien conseillé. Autant sur le terrain qu’en dehors. Malheureusement, selon le même article publié sur 237online.com, dès que le bon Etoo enlève sa casquette de footballeur et essaye de faire quelque chose au delà de sa compétence intrinsèque (attaquant de métier), le mauvais Etoo prend sa place ». C’est ainsi qu’on le retrouve entrain de prêter son image à une marque de bière et à une boisson gazeuse…au même moment. C’est amoral, non éthique et proprement scandaleux. Et je m’interroge sur le rôle de l’entourage de l’un des joueurs les mieux payés au monde. Qui conseille ETO’O? En Europe, ce genre de « télescopage » pourrait ruiner votre réputation et même votre carrière. Les risques financiers sont énormes, sans oublier le préjudice en termes d’image !

Pour conclure, la campagne MALT’UP en cours a dérouté plusieurs personnes dont certains l’attribuent même à GUINNESS. On pourrait en conclure que c’est tout bénéfice pour la marque irlandaise et son produit MALTA. Au contraire. Cette campagne foule aux pieds les règles élémentaires de l’orthodoxie publicitaire. Elle est la manifestation du « je m’enfoutisme » qui règne dans le monde de la publicité au Cameroun. L’utilisation d’ETO’O au-delà de l’efficacité recherchée semble être plutôt un pied de nez volontairement fait au concurrent. C’est inutilement inélégant et volontairement incorrect. Mais ce n’est pas tout ! A cette allure-là, je ne serais pas surpris que d’ici la fin de l’année, l’on découvre une campagne de UCB avec…Samuel ETO’O. Mon oncle avait sans doute raison quand il disait en « pidgin », « wonderful no ba end for this country* ».

*On n’a pas finit d’en voir de toutes les couleurs dans ce pays. »


Eto’o aux confins des clauses contractuelles par Marie-Pierre Ekobo, COM.NEWS

Depuis qu’il a posé pour Malt Up en compagnie de ses coéquipiers de l’équipe nationale, des voix s’élèvent pour crier à la trahison.

Officiellement, Samuel Eto’o Fils, capitaine des Lions depuis l’arrivée de Paul Le Guen à la tête de la sélection du Cameroun, est ambassadeur de la marque Guinness au Cameroun. Après avoir été connecté à Orange Cameroun. Le contrat unissant le joueur d’Inter à Guinness a été paraphé le 11 octobre 2009 dans l’un des salons huppés du Hilton hôtel de Yaoundé devant un parterre de personnalités et de journalistes. L’interiste rejoignait ainsi les autres ambassadeurs actuels de la marque Guinness que sont Michael Essien du Ghana et Jay Jay Okocha du Nigeria qui font partie du programme de football « Guinness Greatness » qui prévoit également le sponsoring des Super Eagles et des Black Stars ainsi que la diffusion télévisée des matchs de la Premier League anglaise en Afrique. Une campagne de publicité dont l’objectif est d’inspirer les consommateurs de Guinness et les fans de football à « Accéder à la grandeur » a suivi la signature du contrat d’Eto’o qui en sa qualité d’ambassadeur, participera également à de nombreux événements avec la marque Guinness. On l’a ainsi vu récemment en début du mois passé, alors sur le chemin de la Coupe du monde Afrique du Sud 2010, aux côtés du directeur général de Guinness Cameroun, Steve Gannon, féliciter certains partenaires pour les efforts consentis dans la distribution à travers le territoire national des produits de l’entreprise affiliée à Diageo. Au même moment, la Sabc dévoilait son teasing « quel est ton secret ? ». La révélation présentait alors le nouveau-né, Malt Up, qu’accompagnent des Lions parmi lesquels Eto’o Fils illustré en grandeur nature sur les affiches. Le spot-annonce de cette nouvelle boisson met en scène l’enfant de New-Bell qui dit devoir son inspiration et son imagination de la Malt Up. Depuis lors, d’aucuns soutiennent la thèse d’une trahison ou alors d’une violation de la clause d’exclusivité (concernant surtout les entreprises concurrentes) mentionnée dans le contrat entre Guinness et Eto’o Fils dont le montant, selon des indiscrétions, oscillerait entre 600 millions et 700 millions par an.

Pour mieux comprendre, l’utilisation d’Eto’o par Les Brasseries du Cameroun, il convient de parcourir le document contractuel liant cette société brassicole à la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), instance faîtière du football au Cameroun. Ladite convention stipule que pendant 4 ans, la Sabc qui verse 200 millions par an à la Fécafoot, est sponsor de l’équipe nationale du Cameroun et qu’à ce titre, elle est libre d’exploiter les images des joueurs (6 au minimum) de cette équipe pour ses campagnes de communication. Comme d’ailleurs tous les autres sponsors officiels. La présence d’Eto’o sur les affiches de Malt Up ne devrait pas être perçue comme une violation de la clause d’exclusivité du contrat qu’il a paraphé avec Guinness. Tout simplement parce qu’il est joueur de l’équipe nationale laquelle appartient à la Fécafoot, il ne saurait décliner une quelconque sollicitation de la Sabc lorsque celle-ci est engagée dans une campagne. Surtout que des primes prélevées des sommes que les sponsors allouent à la Fécafoot sont constamment versées aux joueurs pendant les compétitions internationales. L’agence Voodoo a simplement vu juste en mettant le joueur de l’Inter en avant. La confusion ainsi créée alimente depuis peu les débats dans les chaumières. Pour le bonheur de la création publicitaire. »


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s