Libertés. Femme que fais-tu des tiennes?

Très jeune déjà, je souhaitais être un garçon.

Hum ! Bizarre.

Comment est ce qu’une jeune fille de 14 ans peut elle rêver être garçon ?

Je pense qu’à cet âge là je voyais déjà ce que la société attendait de moi et je savais déjà qu’il ne me serait pas facile de jouer ce rôle.

Jeune déjà j’étais trop têtue, j’avais trop de caractère et trop de personnalité. Même si en apparence j’étais une mauviette que pleurnichait à la moindre occasion, au fond j’étais plus dure que çà et ceux qui me connaissent savent que j’ai toujours refusé d’être “la femme”. Oui j’aurais préféré être un homme.

Même si rien n’est facile en ce monde, avouons que nous vivons dans un monde où les règles et les lois ont étés écrites par des hommes. Donc oui chacun prêche pour sa paroisse. C’est ainsi et au fond il est inutile de reprocher aux hommes d’être des hommes.

Non. Le reproche je le fais à nous les femmes.

Le 8 Mars de chaque année a été décrété Journée Internationale de la Femme. Faux !

Combien de femmes savent réellement ce que signifie cette journée ? Combien de femmes se posent même réellement la question ? Non mesdames, ce n’est pas la Journée Internationale de la Femme (nous nous contentons de si peu…). Il s’agit de Journée Internationale de Lutte pour les DROITS des Femmes.

Les DROITS des femmes. Parlons en.

Dans mon cher pays le Cameroun, d’année en année, un constat affligeant. Le seul droit que réclament les femmes, c’est le droit d’avoir le pagne. C’est si simple, et si stupide.

Pour ce seul motif, elles trompent leurs maris, elles découchent, se vont violer, dorment dans des caniveaux,.. pour le pagne, pour le 8 mars. Les droits des femmes.

On peut faire tellement de reproches aux hommes mesdames, mais reconnaissons-le. Nous sommes les premières responsables de nos malheurs.

Notre société nous a mise dans une boîte. Certes. Mais les murs de notre boîte, nous les entretenons. Dès qu’ils s’effritent nous les rebâtissons. Cela me fait penser à ces prisonniers qui redoutent tellement la liberté qu’ils commettent d’autres crimes en prison pour être sûrs de ne jamais en sortir.

Nous sommes à l’ère des libertés. Liberté d’expression, liberté d’orientation sexuelle, liberté de ci, liberté de çà.

Mais je vous le demande. Elle est où la liberté des femmes ?

Une femme qui ne sait pas faire la cuisine, c’est un scandale.

Une femme qui ne sait pas entretenir une maison, c’est un scandale.

Une femme qui ne peut pas faire d’enfant, tout le monde la plaint, elle fait pitié, elle est même marginalisée.

Une femme qui ne veut pas faire d’enfant, au mon Dieu. Impossible. Il ya quelque chose qui ne va pas chez elle, elle a dû être traumatisée dans sa jeunesse.

Une femme qui choisit une carrière professionnelle a une vie de famille, “hum ! Qu’est ce qu’elle veut nous montrer celle-là ? Une femme reste une femme, elle va regretter”.

Je peux concevoir et même accepter que les hommes nous définissent de cette manière. Mais il est pour moi inconcevable qu’une femme en fasse autant.

Les femmes ont été conditionnées pour être des épouses. Dans notre société, une femme est prête à tout pour se faire appeler Madame. Elle est prête à payer toutes les factures de la maison, prête à satisfaire monsieur comme et quand il veut sexuellement, prête à subir toutes sortes d’humiliations. Oui, peu importe. Elle est respectée, elle. Elle est considérée, elle. Elle a pitié de cette pauvre vieille fille célibataire qui gagne bien sa vie, gère son emploi du temps, s’envoi en l’air quand il lui plait et peut même décider si elle tombe enceinte ou pas.

Oui. Elle est bien mieux, elle. Elle est “Madame”.

Audrey Aboula par William Nsai

Audrey Aboula par William Nsai

Pas d’amalgame. Je ne suis pas entrain de dire que le célibat est mieux que le mariage. Non. A deux on a toujours été plus fort.

Ce que je dis, c’est que les femmes doivent connaître ce qu’elles valent. Elles doivent accepter le fait qu’il vaut mieux être seule que mal accompagnée. Elles doivent apprendre à être heureuses pour elles même. Elles doivent savoir que leur vie ne doit pas dépendre de celle d’un homme, leur bonheur ne doit pas dépendre d’un homme ou de qui que ce soit d’autre.

Nous sommes dans un pays en voie de développement et nous avons besoin de toutes les ressources possibles.

N’est ce pas désolant dans un pays comme le nôtre de voir une femme intelligente et au potentiel extraordinaire être réduite aux tâches de ménage ou de cuisine, alors qu’elle pourrait monter des projets qui pourraient employer d’autres personnes ?

N’est ce pas un pur gâchis de voir cette fille de 26 ans qui au lieu de travailler pour pouvoir subvenir à ses besoins, ou encore faire des études, a pour seul objectif se trouver un mari potentiel et lui faire pleins de bébés ?

N’est-ce pas scandaleux cette mère qui au lieu d’encourager sa fille a poursuivre ses études, l’incite clairement à laisser tomber sous prétexte que les hommes n’aiment pas les “longs crayons ?”

Pourquoi les femmes devraient-elles se diminuer et s’amoindrir pour donner aux hommes l’impression qu’”elle est très grosse “? Pour leur donner un semblant de supériorité ? N’est-ce pas pathétique ?

C’est vrai, je suis une féministe. Mais je ne pense pas les hommes et les femmes soient égaux. Ce serait beaucoup trop simple.

Aucun individu n’est identique à un autre. Chacun de nous a ses forces et ses faiblesses. Désolée de vous l’apprendre mais toutes les femmes ne sont pas douées pour la cuisine. Toutes les femmes n’ont pas l’instinct maternel.

Je me souviens quand j’étais au lycée la plupart pensait que les garçons devaient faire une classe scientifique et les filles une classe littéraire.

Vous parlez de liberté ? Il y a d’autres formes que le carré, il y a d’autres couleurs que le noir et le blanc.

Non, l’homme et la femme ne peuvent pas être égaux, car aucune personne n’est égale à une autre.

Mais la femme est plus que ce vous pensez qu’elle est, elle est plus que ce qu’elle pense être.

Elle a un boulot qui l’occupe de 8h à 17h. Mais elle trouve le temps de cuisiner, s’occuper des enfants, réviser avec eux leurs leçons, faire la lessive et le repassage, pendant que monsieur boit une bière avec ses copains ou regarde un match à la télé. Et comme si çà ne suffisait pas, elle doit assurer au lit. Et malgré tout elle est convaincue qu’elle est le sexe faible. Pire, elle fait semblant d’être le sexe faible pour vous donner l’impression d’être le sexe fort.

Dans cette histoire il n’y a ni fort ni faible. Peu importe le contexte ou le lieu, ou le temps, l’homme et la femme devraient être une équipe. Une équipe soudée qui avance ensemble, se bat ensemble et évolue ensemble. Pour le bien de la société, pour le bien de notre pays et de l’humanité.

Voilà ce que je revendique en tant que féministe. Ne nous sommes ni égales à vous, ni moins que vous, ni même supérieure à vous. Il ne s’agit pas d’une équation mathématique. Nous sommes vos partenaires, vos équipières, celles sans qui ni vous ni personne ne seraient là pour en parler.

Et mesdames, vous valez mieux, bien mieux que çà. Faire la cuisine, le ménage ou la lessive, il n’y a absolument rien de mal à çà. Mais vous pouvez apportez plus que çà, donner plus que çà.

Sachez qui vous êtes vraiment, soyez qui vous êtes vraiment. Sortez de cette boîte. Soyez libres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s