Tribalisme? Et oui! Encore!

C’est un petit incident qui est arrivé à un ami qui me force à l’écrire. Laissez-moi vous raconter.

Mon ami est VRP multicartes (il vend plusieurs produits différents pour plusieurs entreprises différentes) et était justement en pleine prospection et proposait cette fois-là des lots de chemises cartonnées à 3 000 FCFA le paquet.

Il est important que je vous précise que mon ami est un peu enrobé et de teint noir sombre.

Il arrive donc dans un bureau où il trouve une dame assise derrière et un monsieur en face d’elle. Il se présente comme vendeur et présente son produit. La dame hésite. Le monsieur lui demande (à mon ami): « tu es de l’ouest n’est-ce pas? De quel village? » lui il répond: « oui je suis de l’ouest ». Il sait comment çà se passe et il veut vendre. Parce que entre vous et moi, il n’est pas de l’ouest mais plutôt du littoral.

La dame continue d’hésiter. Le monsieur d’appuyer: « il faut prendre c’est notre frère ». Et de demander à mon ami: « Tu t’appelles comment? Kamga?…il faut nous dire ton nom hein! »

Finalement la dame prend un paquet de chemises. Et pendant que mon ami s’apprête à sortir, le monsieur d’ajouter: « la prochaine fois tu reviens avec ton nom et le nom de ton village. Comme çà on va prendre même 20 paquets! »

Cette histoire m’a déconcertée parce que je savais que dans notre pays appartenir a un certain groupe social ou ethnique vous donnait quelques facilités mais je n’imaginais pas que tout se faisait de façon aussi ouverte et flagrante.

Personnellement je n’ai jamais vraiment subit les avantages ou les inconvénients d’appartenir ou pas à telle ou telle tribut, sauf une fois quand je préparais le CEPE. Mais çà remonte à loin et depuis j’essaie de me convaincre que çà va mieux et que les mentalités changent.

Dans certaines entreprises, tout le monde vient du même village, est de la même ethnie. Les employés parlent leur dialecte au bureau, on se croirait à une réunion de famille.

Vous touvez un frère ou une soeur du village impoli à l’accueil, qui chasse les clients. Vous trouvez ailleurs un commercial qui se fiche de vendre ou pas, car son oncle ne le mettra jamais à la porte.

Pendant ce temps des personnes qui n’ont ni frère, ni oncle, ni tante et qui sont capables de faire 10 fois mieux le travail, sont au chômage, assis sur un benskin ou derrière un call-box!

D’où viendra le changement? De qui viendra le changement?